Colonel Albert GARENNE

FAMILLE POUMAREDE – Albert GARENNE était le frère de Monsieur POUMAREDE qui fit construire la villa « La Croix du Sud » – il fut l’un des premiers résidents en 1931. Il a été très actif au sein du Syndicat des propriétaires.

La Croix du Sud, première maison construite dans le lotissement 1930


En 1890 il s’enrôle à l’âge de 18 ans dans l’infanterie coloniale, part à Madagascar et suite à des actions remarquables, sera fait Chevalier de la Légion d’Honneur. Participe à plusieurs expéditions en Afrique et en Indochine, à la Première guerre mondiale et en ressort avec le grade de colonel. Commandant supérieur des troupes du Pacifique en 1918 et du bataillon de Nouvelle-Calédonie

En 1925, le colonel Garenne en retraite s’adonne à la littérature en s’inspirant de ses expériences malgaches, africaine, calédonienne et indochinoise. Il écrit des poèmes et des ouvrages teintés d’une observation très fine des sociétés exotiques de l’époque, celles qu’il a côtoyées et, bien-sûr, de la pensée coloniale prévalant à l’époque au début du 20ème siècle. »

Il vivait à Nice sa nouvelle vie d’écrivain dans notre lotissement (dès 1931)

Un des premiers propriétaires de notre lotissement (1931) et membre du bureau de l’ASL très actif durant de nombreuses années.

1931 Première assemblée générale du Syndicat des propriétaires

Article plus détaillé en cours de rédaction.


En attendant ci dessous extrait du site : Souvenir Français Issy –

Les écrivains d’Indochine – 1 – Les romanciers.

Publié le 8 Août 2016 par le Comité d’Issy-les-Moulineaux et Vanves

Président : CDT (RC) Frédéric Rignault – Adresse du Comité : 6, allée Maryse Bastié 92320 Chatillon.


Albert Garenne. « Né à Moulins-Engilbert dans la Nièvre en 1873 et mort en 1958, Albert Garenne a vécut plusieurs vies… Après avoir vécu ses 8 premières années à Moulins-Engilbert, ses parents s’établissent à Autun en 1880. Il s’enrôle à l’âge de 18 ans dans l’infanterie coloniale et reçoit sa formation militaire à Saint-Maixent l’Ecole, dans les Deux-Sèvres. De là, il est envoyé à Madagascar comme sous-lieutenant de marine où il s’illustre par de brillantes prestations dans un contexte malgache troublé, ce qui lui vaut de porter très jeune le grade de Chevalier de la Légion d’Honneur et de recevoir du général Gallieni une importante concession à Fort Dauphin. Après la dévastation de cette concession lors d’une révolte, il reprend du service dans l’armée où il participe à plusieurs expéditions en Afrique et en Indochine. Il participe à la Première guerre mondiale et en ressort avec le grade de colonel. En 1918, il est nommé commandant supérieur des troupes du Pacifique et du bataillon de Nouvelle-Calédonie avec mission de mâter l’insurrection Canaque. A Nouméa, en 1919, il écrit déjà deux poèmes : Révoltes et Deux petits sonnet d’hier mais doute de lui-même comme écrivain suite à un échec à l’Académie Française avec la parution de La Forêt Tragique en 1918.

Retraité, le colonel Garenne s’adonne à la littérature en s’inspirant de ses expériences malgaches, africaine, calédonienne et indochinoise. Il écrit des poèmes, Cris, Chansons et Le vieux Claude suivi de L’Urne de cristal. Outre La Forêt Tragique, roman finalement couronné par l’Académie Française, il publie La Captive Nue (1925), A Nouméa, ou l’amour qui mène au bagne et Idylle Canaque, passions et drames coloniaux (1933), Le Refuge ou la haine d’un Sorcier jaune (1936, réédité en 1953), ouvrage également couronné par l’Académie Française, toutes œuvres fortement teintées d’une observation très fine des sociétés exotiques de l’époque, celles qu’il a côtoyées et, bien-sûr, de la pensée coloniale prévalant à l’époque au début du 20ème siècle. »

COSTE Laurent

Famille : Michel Thomé

Le  grand père maternel de Monsieur Thomé (coloti dans notre lotissement) a été un pionnier de l’automobile et un des premiers,  si ce n’est le premier, à réaliser la liaison Nice cannes avec un Bus blanc, ce qui a été repris par la suite par les « rapides du littoral » puis « Côte d’azur »

Laurent Coste est né en 1883 à Bourg-Argental dans la région de Sainte Etienne. il a très tôt été attiré par  l’engouement pour l’automobile, mais à 31 ans, il part à la guerre de 14/18  où il s’illustre.

1914

A la fin de la guerre, de retour dans sa région natale, il crée une des premières sociétés de transport de voyageurs.

transport-voyageurs

coste-laurent-pionnier-automobile
Laurent Coste à droite de la photo dans son atelier

(La ressemblance avec Michel Thomé est « frappante »)

Première société de transport de voyageurs

michel10a
Laurent Coste à Gauche sur la photo

A titre d’exemple, en 1914 dans notre région (les Alpes-Maritimes) il y avait une automobile pour 275 habitants. Elle était encore un objet de luxe non seulement par son prix élevé mais aussi par son coût de fonctionnement accru par le renchérissement de l’essence.

De 1919 à 1939, la guerre a provoqué de profonde mutation au sein de la société européenne. Des fortunes se sont dissoutes, d’autres se sont créées, le mécénat n’est plus vraiment à l’ordre du jour…

En 1934, Laurent Coste est à Nice.

hotel-c-5
Coste au volant pour la liaison Nice cannes avec son Bus blanc

De 1946 à nos jours, l’immédiat après-guerre se caractérise par de nouveaux changements radicaux.

Au niveau sportif, la réglementation impose désormais que toutes les épreuves sportives soient organisées que par des associations sportives automobiles (ASA)

dès 1946, le club développe donc l’ASAC Nice, qui organise toujours de nos jours le célèbre rallye Jean Behra “moderne”. Les nouveaux membres de l’ACN sont surtout des industriels, qui voient en l’essor de l’automobile des retombées économiques, mais aussi le moyen de développer la notoriété de Nice et de la Cote d’Azur.

C’est la période la plus prolifique du club en matière de sport automobile, avec des épreuves de renommées internationales

Film vidéo d’archives – INA.fr – Cliquez sur la photo ci-dessous

course-nice-1946
le-grand-prix-automobile-a-nice-video

 

BARTHOLDI Sculpteur Français

Cousinage avec la Famille BARBOTTE-BLONDEAU

bartholdi-1_2
Un portrait d’Auguste Bartholdi. National Park Service, Statue de la Liberté NM

Auguste Bartholdi, sculpteur français qui a conçu la Statue de la Liberté.

Sur le site du National Park

Au début de sa carrière, Bartholdi a étudié intensivement l’art, la sculpture et l’architecture. De 1855 à 1856 Bartholdi a entrepris un voyage de changement de vie dans toute l’Europe et au Moyen-Orient avec quelques autres artistes. Quand ils ont visité le Sphinx et les pyramides de Gizeh en Egypte, Bartholdi a découvert sa passion pour les monuments publics à grande échelle et des sculptures colossales.

En 1865, Edouard de Laboulaye a proposé qu’un monument représentant la liberté et de la démocratie est créé pour les États-Unis. Bartholdi était un grand partisan de l’idée de Laboulaye et en 1870, il a commencé à concevoir la Statue de la « Liberté éclairant le monde. »

La Statue de la Liberté, inaugurée en 1886 a été offerte par la France aux États-Unis et placée ensuite sur Bedloe’s island, à l’entrée du port de New York……

Liberté éclairant le monde

bartholdiinhisstudio_resized_1
Bartholdi dans son atelier

« La Statue de la Liberté éclairant le monde » était un cadeau d’amitié du peuple de France aux États-Unis et est reconnu comme un symbole universel de la liberté et de la démocratie. Désigné comme monument national en 1924. Les employés de la National Park Service  prennent soin de la statue de cuivre colossale depuis 1933.

statue_history
Feux d’artifice, le 28 Octobre 1886, jour de l’ouverture,

stli-1764-copy_2-1_1

La statue a été entièrement construit à Paris et présenté par l’Union américaine Franco à l’Ambassadeur des États-Unis en 1884. En 1886, Bartholdi a supervisé l’ensemble de la Statue à New York et a participé à son inauguration. Lors de la cérémonie, Bartholdi a été présenté avec la clé de la ville et plus tard a escaladé la statue pour libérer le drapeau français tricolore qui voilait le visage de la Liberté. Bartholdi meurt de la tuberculose en 1904.

Découvrez sa fiche en cliquant sur ce lien : ancetre_bartholdi